Corniche devant le Tonle Sap qui rejoint au loin le Mékong. Devant les quais, les bars hotels restaurants et clubs.

Jour 18 à 21 : Retour vers Phnom Penh

De Banlung, nous avons passé une petite journée dans le bus pour rejoindre la capitale dernière étape de notre périple en Asie du Sud.

Le voyage est long mais le chauffeur (maniaque du Klaxon) fait des pauses « breakfast », « déjeuner » et « pipi » dans les gargottes bordants les routes. L’occasion pour nous de goûter un truc bizarre en suivant les conseils de Patrick : « On prend ça, on dirait du boeuf ça à l’air pas mal ». En fait c’est du caïman caoutchouteux servi avec du riz. Bizarre !!!

Arrivés à Phnom Penh, nous retrouvons la Guesthouse où nous avions rejoint Patrick et Yoy. Bien placé, nous y resterons 3 nuits.

Durant nos trois jours ici, nous découvrons la ville et visitons certains lieux chargés d’histoire :

Le S-21, camp de concentration et d’extermination ayant servi aux khmers rouges entre 1975 et 1980. Le bâtiment est un ancien lycée sans doute choisi pour sa configuration et sa taille. Je vous conseille d’ailleurs 2 reportages sortis en France et très intéressants sur le sujet :

Le premier reportage, « S-21 la machine de mort khmers » et le second « Duch, le maître des forges de l’enfer ».

Les barbelés empêchant les détenus de sauter.

Couloir du S-21. Sur le côté, les anciennes salles de classe transformées en salle de tortures et en cellules.

Lit utilisé par les khmers rouges pour les tortures.

Cellules en briques construites dans les salles de classe.

Les portes creusées par les Khmers entre les salles de classes. Au fonds, un ancien tableau ayant servis aux élèves quand le bâtiment était encore un lycée.

Nous souhaitons également profiter de notre passage à Phnom Penh pour visiter la Pagode d’argent et le Palais Royale….que nous ne pourrons malheureusement pas visité car le temps nous manque. Nous découvrons néanmoins des toits derrière l’enceinte et un apéro en terrasse sur la corniche du Mékong nous permet d’apprécier la vue de ce temple et du Tonle Sap (bras du Mékong bordant la ville et jouxtant le fleuve du même nom).

Temple en fin de journée.

Corniche devant le Tonle Sap qui rejoint au loin le Mékong. Devant les quais, les bars hotels restaurants et clubs.

Enfin nous découvrons la vie dans cette capitale qui renait progressivement de ses cendres. C’est une ville basse mais des tours en verre commencent à pousser un peu partout soutenue par des pays de l’ASEAN (principaux investisseurs au Cambodge).

Les futures tours du nouveau Phnom Penh.

Bien sûr, aux pieds de ces tours gigantesques la vie continue. Nous retrouvons ces scènes de marchés où l’on découvre les coiffeurs et abattoirs locaux. Les vendeurs de fruits et légumes, d’insectes, de poissons ainsi que les transports.

Abattoirs dans le marché.

Marché non loin de notre guesthouse.

Autre transport utilisé à Phnom Penh, le Cyclo-Pousse. Ici devant un marché.

Voilà, le voyage touche à sa fin. J’écris dans un café avec caro en face de moi qui bouquine. La pendule indique 15h15. Notre tuk-tuk va bientôt nous emmener à l’aéroport. 

Ce fut un périple passionnant riche et varié. En plus, on s’est vraiment bien marré tous les 4. Merci à tous pour vos commentaires et à très bientôt. Je terminerai de répondre par mail aux derniers messages reçus de retour à la maison.

FIN DE RETRANSMISSION.

 

Les locaux viennent se faire photographier en costume devant le lac.

Jour 17 : Banlung ou le Grand Est cambodgien.

Banlung, la grande ville du Far West cambodgien sur la route du Vietnam (à 70kms seulement).

Nous découvrons la vie de cette ville à travers sa rue principale animée par les vendeurs, scooters et autres scènes de la vie locale :

Rue principale de Banlung.

Chargé !!!

Nos pas nous mènent vers le Prat (marché centrale), où « tous les sens travaillent » (surtout la vue et l’odorat…parfois il faut avoir le coeur bien accroché à l’approche des étalages de viandes et de poissons).

Vendeur de glace.

Puis nous partons en vélo vers le lac Yeak Lom. Endroit tranquille et très préservé situé à 4kms de la ville où les locaux viennent déjeuner et se reposer.

Le lac tout à fait circulaire.

Très amusant, les cambodgiens se déguisent et se font photographier autour du fleuve en habits colorés :

Pose en costume...

Nous rencontrons des françaises en fin d’études de médecine qui étaient en stage au Cambodge et terminent leur séjour par quelques vacances dans le pays. Nous profitons du soleil et du lac jusqu’en fin d’am :

Après la baignade...

Une journée très agréable. Nous repartirons le lendemain pour Phnom Penh (d’où je vous écris) la capitale, qui sera également la dernière étape de notre voyage asiatique.

Piège à poissons dans les chutes d'eau autour des 4000 îles.

Jour 15-16 : Les 4000 Îles, dernière étape laotienne.

De Pakse un minibus nous a conduit jusqu’aux 4000 îles, dernière étape de notre voyage au Laos. Il s’agit d’une région située juste avant la frontière cambodgienne où le Mékong s’élargit pour laisser la place à des centaines d’îlots habités pour certains.

Après être descendu du bus, nous arrivons via un bac sur l’île de Don Det qui est habitée par des locaux qui sont pêcheurs, agriculteurs ou gérants de Guesthouse.

Après 45 mins de marche le long du Mékong, nous posons finalement notre sac dans notre Guesthouse.

Nous profitons de la vue de notre terrasse et des hamacs pour nous reposer un peu. Puis nous repartons à vélo à la découverte de « l’archipel ».

Un vieux pont de chemin de fer construit par les français (La Compagnie de la Messagerie Fluviale) permet de rallier Don Det à une autre île plus grande. Nous découvrons de nouvelles chutes d’eau où les locaux ont construit des pièges à poissons en bambous. C’est comme un toboggan où le poisson s’engouffre poussé par le courant et ne peut rebrousser chemin.

Chutes d'eau

Piège à poissons dans les chutes d'eau autour des 4000 îles.

Nous nous arrêtons le long du chemin pour déguster des cocos fraîches puis nous rentrons tranquillou vers la guesthouse pour le dîner et la nuit.

Nous repartons le lendemain pour le passage de la frontière cambodgienne à Trapaing Kreal en direction de Stung Treng et Banlung.

Le passage de la frontière est particulier. Dès le départ des 4000 îles, tous les touristes remettent leur passeport au gars du bus avec la somme du visa (plus quelques dollars de bakchich).

A la frontière nous attendons dans l’une des gargottes bordants la route. Puis notre bus repart vers Stung Treng où nous changeons de bus pour rejoindre Banlung.

Le minibus que nous prenons est chargé nous sommes 20 dedans + un scooter :

Le mini bus plein à craquer pour aller de la frontière laotienne à Banlung dans le Ratanakiri.

Après 3h de route, nous arrivons à Banlung où nous sommes accueillis par un orage en début de soirée :

L'orage pour nous accueillir à Banlung.

Heureusement nous sommes dans un resto quand la pluie commence à tomber. Dans le resto, il y a également un concert local :

Concert Kitch dans le resto où nous dînons.

Nous rentrons après le dîner car il y a peu de choses à faire dans la ville. Demain nous prendrons de nouveaux vélos pour rejoindre le lac Yeak Lom (lac volcanique creusé par un météorite).

_MG_0193

Jour 14 : Pakse et le Plateau des Bolovens

Pour rejoindre Pakse, nous empruntons un bus de nuit VIP avec des couchettes. Le minimum pour un trajet de 10h.

Yoy dans le VIP Bus.

Nous arrivons tôt le matin. Nous prenons un café « expresso » non loin de la gare de bus avant de nous mettre en route pour notre Guesthouse.

Les sacs posés, nous partons vers le plateau des Bolovens sur les hauteurs de Pakse. La région est très agricole (café, thé, ananas, et autres fruits et légumes).

Notre minibus s’arrête après une petite heure dans une plantation de thé où nous avons droit à une petite dégustation de thé vert. Ensuite bis répétita un peu plus loin dans une plantation de café.

Avant le déjeuner nous visitons un village presque désert où nous découvrons la vie sur le plateau. Après un plat de nouilles sautées au poulet, nous repartons vers un nouveau village (habité celui-ci). Il y a des enfants absolument partout.

Sourires

Fatigué.

C’est les vacances (3 mois) et l’école est donc fermée. Elle est le résultat d’une coopération avec des français. De nombreux donts sont fait dans les guesthouses pour aider au développement scolaire dans les villages reculés du plateau.

Scène du village.

Autres sourires.

Dans l’ancienne école sont entassées des carcasses de bombes datant de la guerre du Vietnam. Le plateau des Bolovens a été particulièrement touché car les américains voulaient à tout prix s’approprier cette région stratégique. Il reste encore des milliers de bombes enfouies dans la jungle.

Des enfants partout. Certains jouant, d'autres...travaillant.

Après des photos dans le village, nous repartons pour une visite des chutes d’eau situées un peu plus loin. Le coin est très joli et rafraichissant car les chutes font baisser la température de quelques degrés.

Chutes d'eau en fin de journée. Moment rafraichissant.

Pont suspendu.

Nous terminons ce périple de 200 kms environ par la visite d’un village musée où l’on découvre des habitations traditionnelles et des petites mémés en costumes traditionnelles. Elles ont l’air de s’éclater :

Couleurs et joie de vivre.

La journée a été très sympathique mais un peu trop rôdée pour les touristes. Peu importe, cela nous a permis de mieux comprendre la région et faire de nouvelles découvertes.

 

Le Laos, un pays communiste où flotte la faucille et le marteau.

Jours 11-12-13 : Une capitale en plein BOOM économique.

Vientiane, c’est seulement 262 000 habitants, soit l’une des capitales les plus petites du monde en population. Tous les paradoxes d’un pays en plein boom économique sont réunis…à commencer par le régime politique en place.

En effet, la découverte de la ville nous laisse sceptique quand à ce régime communiste qui affiche encore le drapeau rouge avec la faucille et le marteau. Le Laos semble aujourd’hui bien plus occupé à lorgner et imiter le schéma économique capitaliste de ses voisins Thaï, Malais, etc.

Caro et Patrick avaient connu cette ville il y a 10 ans lors d’un précédent périple en Asie. Les deux sont choqués des transformations en cours dans la capitale. Il y a 10 ans, les rues n’étaient pas éclairées le soir. Aujourd’hui, des projets pharaoniques sont en cours de construction. Certains sont même achevés, comme la berge du Mékong où Ventiane fait face à la Thaïlande.

Dans moins de 10 ans, quand la ville aura pris de la hauteur avec ses tours en verre et autres grattes ciel flambants neufs, Ventiane aura un air de famille avec toutes ces capitales d’Asie (démesurées, grouillantes et polluées).

Fitness sur la corniche du Mékong.

Heureusement, aujourd’hui la ville est encore praticable entre les chantiers de constructions. Notre hotel est situé à 50 mètres du Mékong et le soir la berge est animée par les restaurants de brochettes, les pubs, les nightsclubs et les prostitués qui ont la possibilité de racoller leurs clients dans les restaurants, bars et boîtes de la ville. Les rives du Mékong sont très animées. Les locaux viennent voir le coucher de soleil face à la Thaïlande.

Coucher de soleil sur Ventiane.

Pêcheur à deux pas du centre ville.

Gamins le long du Mékong.

Ventiane, c’est aussi des temples, des temples et encore des temples.

Détails de buddhas.

Nous découvrons même à une vingtaine de kms de la ville, un parc regroupant le travail d’un « illuminé ». Dans les années 60, ce moine avait créé des statuts de Buddhas, pour certaines monumentales, comme un buddha couché et d’autres plus farfelues…

Buddha géant.

Demain départ pour Pakse en bus de nuit VIP.

IMG_0042

Jour 10 : Départ pour Van Vieng, Very Bad Trip !!!

Matinée tranquille à Luang Prabang nous permettant d’apprécier les rues bordées de maisons coloniales, certaines rappelant des villages haut-marnais (cf. plus bas).

Temple dans Luang Prabang.

Détail d'une fresque dans un temple.

Travaux de rénovation dans les temples.

Maisons coloniales sur les rives du Mékong à Luang Prabang.

Nous quittons la ville en début d’am pour rejoinder Vang Vieng, quelques centaines de kms plus au sud à mi-chemin avec Ventiane. Notre bus emprunte les routes sinueuses et sauvages dans les montagnes. Le panorama est superbe.

Panorama sur la route de Vang Vieng.

Le trajet est long et certains passagers du bus se sentent mal. Pour nous tout va bien. Nous arrivons à Vang Vieng en fin de journée. Le soleil est déjà couché (19h). Notre hotel se situant un peu loin du centre, nous choisissons un autre point de chute sur les conseils d’une néo-zélandaise croisée dans la rue en direction du centre.

Nous ne perdons pas de temps et après avoir depose nos affaires nous partons vers le coeur animé de la ville situé sur les bords du Mékong :

C’est un endroit assez bizarre qui pourrait se situer n’importe où dans le monde tellement les références du Laos sont minimes.

Nous arrivons dans une rue bordées de cafés restaurants où tournent en boucle du matin au soir des épisodes de Friends et des Simpsons. Dans la rue, des jeunes déambulent en maillots de bains avec des peintures débiles sur le corps. Une certaine euphorie semble les avoir gagné…

Nous prenons un verre dans un de ces inombrables bars-restos. Nous enchainons avec un repas….pizza dégueu surgelée !!! What the hell is this f…. food ?

Nous rejoignons ensuite l’île où se situe le Smile Bar, un bar qui jusqu’à 23h attirent les clients en offrant des buckets de whiskey (petits sceaux)…gratuits. Si, si, j’ai bien dit gratuits.

Vous pouvez comprendre maintenant pourquoi l’atmosphère ambiante est relativement euphorique. C’est un endroit à découvrir et ça ressemble beaucoup au “Sping Break” américain avant les exams.

Bref, je ne m’étalerai pas plus sur la soirée car je comprends que l’intérêt reste très limité pour les lecteurs du blog ! VERY BAD TRIP

Heureusement, le lendemain nous partons pour Vientiane, la capitale Laosienne.